L’enlèvement : fuite au ciel ou accueil triomphal ?

 

L’enlèvement est un sujet qui suscite beaucoup de débats dans le monde évangélique, notamment entre les « pré-tribulationistes » et les « post-tribulationistes ». Les premiers pensent que l’enlèvement aura lieu avant la « Grande Tribulation », tandis que les seconds pensent le contraire. Toutefois, à peu près tous sont d’accord pour définir l’enlèvement comme le départ des chrétiens vers le ciel.

Il me semble cependant que cette conception ne correspond pas tout à fait à la pensée de l’apôtre Paul, et j’aimerais dans cet article ré-examiner le texte d’1 Thessaloniciens 4 : 16-17 :

« Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensembles enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre (apantèsis) du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

Apantèsis

Le terme clef de ce verset est « apantèsis » qui est traduit par « rencontre » dans la plupart des Bibles. Si en français le terme de « rencontre » est assez neutre, le terme grec « apantèsis » peut (1) en revanche avoir un sens beaucoup plus précis et décrire un mouvement bien codifié. Il s’agit du protocole d’accueil réservé aux personnalités importantes.

On peut relever trois temps :

  • La personnalité importante se dirige vers une destination (point A), pendant que d’autres personnes l’attendent à ce point A.
  • Les personnes qui attendent au point A apprennent que la personnalité va bientôt arriver. Elles sortent donc à sa rencontre.
  • Lorsque ces personnes rencontrent la personnalité importante, elles font demi-tour et accompagnent cette personnalité importante jusqu’à sa destination (le point A). Les personnes sorties à sa rencontre sont donc revenues à leur point de départ.

Le but de « l’apantèsis » est de constituer une escorte pour honorer la personnalité importante qui arrive. La plupart du temps, il s’agissait d’empereurs, de rois ou de gouverneurs qui venaient rendre visite à une cité.

Avant de revenir sur le verset qui nous intéresse, j’aimerais relever les deux autres passages où ce terme est employé dans le Nouveau Testament.

La venue de l’époux

Le premier de ces deux passages est Matthieu 25 où le terme apparaît deux fois. Ce passage est particulièrement intéressant puisqu’il nous parle justement de la venue de l’époux.

« Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre (apantèsis) de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles ; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l’époux, allez à sa rencontre (apantèsis) ! »

Nous retrouvons à nouveau les trois étapes décrites précédemment :

  • L’époux se dirige vers la salle des noces où les vierges attendent devant la porte
  • Au milieu de la nuit, les vierges apprennent l’arrivée de l’époux et vont à sa rencontre
  • Lorsqu’elles rencontrent l’époux, elles font demi-tour et accompagnent l’époux jusqu’à la salle des noces. Les vierges sont donc revenues à leur point de départ.

Paul à Rome

Le dernier emploi du terme apantèsis se trouve en Actes des apôtres 28 : 15

« De Rome vinrent à notre rencontre (apantèsis), jusqu’au Forum d’Appius et aux Trois Tavernes, les frères qui avaient entendu parler de nous. Paul, en les voyant, rendit grâces à Dieu, et prit courage. »

Là encore nous retrouvons les trois étapes

  • Paul et Luc se dirigent vers Rome
  • Les frères qui apprennent la venue de l’apôtre sortent immédiatement à sa rencontre
  • Quand les frères ont rencontré Paul, ils font demi-tour et l’accompagnent jusqu’à Rome

Revenons donc à la venue de Jésus.

 Conclusion : la venue de Jésus et « l’enlèvement »

« Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre (apantèsis) du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » 1 Thessaloniciens 4 : 16-17

Nous retrouvons ici le même schéma en trois temps :

  • Jésus descend du ciel et se dirige vers la Terre
  • Alertés de sa venue, les chrétien(ne)s viennent à sa rencontre, c’est l’enlèvement. Comme Jésus descend et que les chrétiens montent, cette rencontre se passera dans les airs
  • Mais, dès que les chrétiens ont rencontré Jésus dans les airs, ils redescendent avec Lui sur Terre

Le but de « l’apantèsis » n’est donc pas de quitter la Terre et de partir, même temporairement, au ciel, mais d’accompagner Jésus lors de son retour sur Terre.

Un dernier point doit cependant être soulevé : cet enlèvement doit-il être compris de manière littérale ou métaphorique ? Je pense que les Ecritures n’apportent pas forcément une réponse précise à cette question. Ce qui compte avant tout, c’est de préparer le coeur des croyants à accueillir Jésus comme il se doit. Quant aux modalités précises, les personnes concernées les découvriront le moment venu.

 

Note
(1) : J’insiste sur le « peut ». C’est une possibilité et son sens principal. Je ne prétends pas que ce sens soit obligatoire. Le terme peut aussi être utilisé comme un simple synonyme de « rencontre ».

 

Sources : http://didascale.com/lenlevement-fuite-au-ciel-ou-accueil-triomphal/

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*