Déborah et Jézabel – un combat céleste !

Déborah et Jézabel – un combat céleste !

Source : http://www.preparezlechemin.com/2016/11/deborah-et-jezabel-un-combat-celeste.html

 

Déborah et Jézabel – Quelle drôle d’association pensons-nous ! Oui, mais nous croyons que ces deux noms symbolisent des forces qui s’opposent d’une manière incroyable en cette fin des temps. Déborah, juge en Israël, est la championne d’Israël que Dieu a choisie pour s’opposer à l’ennemi – elle personnifie prophétiquement l’Eglise sioniste qui rassemble les forces capables de s’opposer à la Jézabel des temps actuels.

 

 

Déborah et Jézabel – un combat céleste !

(ou : pourquoi les églises occultent le sujet d’Israël)

 

Déborah, de la tribu Issachar

Juges 4 et 5 nous parlent de Déborah, choisie par Dieu pour relever Israël, et battre Sisera et son armée cananéenne. Ce qui est intéressant, c’est le choix des tribus qui se sont jointes à elle. Dans sa sagesse, Déborah choisit de placer le chef Barak, de la tribu de Nephtali, pour les conduire à la victoire, mais Déborah savait déjà que celle-ci serait donnée au torrent de Kishon. Elle en avait la foi, car Déborah avait le discernement et cette confiance en l’Eternel sachant qu’Il serait à l’oeuvre.

Issachar est, avec Zabulon, la tribu qui appelle les croyants « sur la montagne », selon la parole de Jacob en Gen 49. Elle voit loin et a le discernement des temps de la fin (1Chron 12:32). Ainsi nous voyons que dans le monde chrétien, ceux et celles qui s’apparentent à Issachar, Zabulon et Nephtali, sont les fers de lance dans l’amour de Sion. Ils sont ceux qui prient pour la paix de Jérusalem, se placent résolument sur les murailles de Jérusalem (Es 62), consolent le peuple et ôtent les pierres du chemin du Seigneur (Es 40).

Déborah est « une mère en Israël », c’est celle qui insuffle l’ardeur au combat contre les ennemis d’Israël.

Dans le cantique de Déborah, nous avons ce verset : « Réveille-toi (ouri), réveille-toi, Déborah ! Réveille-toi, réveille-toi, dis (dvari) un cantique » (Juges 5 :12). Le nom Déborah (dvorah) a comme sens l’abeille, mais elle signifie également la Parole (davar). Dans les temps derniers, la Parole est notre arme principale, pour déclarer la vérité, et lutter contre le mensonge, la désinformation des médias, la diffamation des nations à l’encontre d’Israël. L’histoire de Déborah doit nous inspirer – « Réveille-toi, Eglise ! ».

Déborah est celle que Dieu a « réveillée » (Ju 5 :12 !) pour lutter contre Jabin, le roi de Canaan. Or, Canaan est le voleur de la terre d’Israël ! C’est d’une actualité incroyable : l’Autorité Palestinienne et autres factions terroristes sont semblables aux Cananéens, et le monde (l’Unesco, l’ONU) s’allie avec eux pour voler la terre de Dieu ! …

 

La passivité des autres tribus

Ce qu’il y a de remarquable dans l’histoire de Déborah, c’est le refus de certaines tribus à se joindre au combat. Elles traînent les pieds, et trouvent de faux prétextes pour ne pas participer à défendre Israël. Cela nous parle de l’Eglise !

« Près des ruisseaux de Ruben, grandes furent les résolutions du cœur » (en français courant : Ruben a des discussions sans fin). Pourquoi es-tu resté au milieu des étables à écouter le bêlement des troupeaux ?…

Galaad (Gad) au-delà du Jourdain n’a pas quitté sa demeure.

Pourquoi Dan est-il resté sur ses navires ?

Asher s’est assis sur le rivage de la mer, s’est reposé dans ses ports ».

Voilà quatre tribus qui refusent sous de mauvais prétextes de s’associer à la bataille contre Sisera ! Aujourd’hui, une grande partie de l’Eglise refuse de participer au combat en faveur d’Israël.

Des « discussions sans fin » : cela nous fait penser aux discussions théologiques qui ne sont pas essentielles dans nos assemblées et qui empêchent  les vraies questions. On ne parle plus du retour du Seigneur, ni de sa venue à Jérusalem pour instaurer le Royaume davidique sur la terre, ni bien sûr du retour sur la scène internationale d’Israël comme « tête des nations ». On enseigne l’Evangile de la prospérité, on met l’accent davantage sur le nombre de chrétiens et sur le bâtiment, plutôt que sur la richesse d’une vie spirituelle, et on n’est pas pressé de voir le Royaume de Dieu sur la terre.

En outre, l’Eglise s’enferre à propager des doctrines importées préconisant par exemple la conquête des nations converties par les chrétiens, tout en continuant à prêcher la théologie du remplacement. Tout cela est l’œuvre de Jézabel.

 

 

Jézabel, un esprit pernicieux au service de satan

Dans la Bible, Jézabel (1Rois 16 :31) est une princesse phénicienne, fille d’Ethobaal, et mariée à Achab roi de l’Israël du nord. Ethobaal 1er (9e siècle av JC) était roi de Sidon (Gen 10:15 – Sidon a été fondée par Canaan, le petit-fils maudit de Noé) et de Tyr ; il était également prêtre, adorateur de Baal et Astarté. Jézabel a ainsi introduit le culte de ces idoles, que l’on retrouve sous les noms d’Achera, Ichtar, Vénus. Joram fils d’Achab et Achazia, roi de Juda et de la maison d’Achab, seront exécutés par Jéhu, le roi suscité par Dieu et oint par le prophète Elie (1Rois 19:16). La maison d’Achab périra, frappée par Dieu (2Rois 9:7 ; 10:17), et Jézabel elle-même sera dévorée par les chiens ! (1Rois 21:23 ; 2Rois 9:30-37).

Jézabel signifie : « sans cohabitation, impudique, celle dont Baal est l’époux ». Elle représente un esprit fort et très dangereux. Jézabel est mentionnée dans Apocalypse, à propos de l’église de Thyatire ; le reproche à cette assemblée est qu’elle laisse Jézabel qui se dit prophétesse, enseigner et séduire les serviteurs de Dieu, pour qu’ils se livrent à la débauche et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Elle enseigne les « profondeurs de satan ». Jézabel est associée à la doctrine des Nicholaïtes (=destructeur du peuple), gnostiques de l’époque (Apo 2:15) ; Nicholas est l’équivalent de Nimrod qui voulait l’adoration à la place de Dieu. Selon certains, Diotrèphe (3Jn 9) est un Nicholaïte : il aime être le premier et ne veut aucun rapport avec les apôtres. C’est aussi l’esprit de Jézabel qui est un esprit de rébellion, voulant diviser l’église et en prendre la tête.

 

Jézabel et Achab

La Jézabel femme a besoin d’un homme faible comme Achab. Elle va le manipuler, comme Jézabel a fait pour amener Achab à voler la vigne de Naboth (1Rois 21). Achab ne manquait de rien, mais sa femme réussit à l’impliquer par la manipulation et de faux témoignages dans le meurtre de Naboth.

La « vigne de Naboth » symbolise Israël : à la demande du roi Achab convoitant la vigne de Naboth pour en faire un jardin potager, ce dernier répondit : « Que l’Eternel me garde de te donner l’héritage de mes pères ! » – 1Rois 21:3. Jézabel réussit finalement à convaincre le roi de faire tuer Naboth, en payant de faux témoins. Aujourd’hui, les « faux témoins » sont nombreux pour tenter de dépouiller Israël de son héritage – la Judée-Samarie, Jérusalem, le Mont du temple. L’ONU et l’Unesco, les nations arabes, et l’Occident manipulés par l’Islam, participent à ce dépouillement, à l’opprobre placée sur Israël.

Dans l’Eglise, par la séduction et la manipulation, Jézabel recherche les places d’autorité. Comme une araignée, elle enlace et emprisonne les serviteurs de Dieu pour les tuer ou les rendre inopérants. Son but est de détruire le Royaume, l’héritage spirituel de Dieu confié à l’Eglise.

 

Les œuvres de Jézabel

– Elle contribue à faire que l’Eglise s’institutionnalise, perdant de sa vigueur et de sa vie,

– Elle prône le matérialisme, en étouffant l’Esprit, notamment par l’Evangile de prospérité qui englue des ministères dans l’amour de l’argent et du pouvoir. On ne refuse pas la bénédiction divine financière, mais l’on doit garder à la fois l’équilibre et la générosité.

– Elle pousse les leaders au besoin insatiable de notoriété et de succès,

– Elle utilise la sorcellerie (2Rois 9 :22), le contrôle, la manipulation. Elle émascule les hommes, volant l’autorité,

– Elle diffame et calomnie, et divise les églises pour mieux régner.

 

L’ennemie des prophètes

Jézabel tue les prophètes. L’esprit d’Elie, celui qui a fait tomber le feu sur la terre et a retenu la pluie, a la capacité d’affronter Jézabel. Elie a massacré les prophètes de Jézabel, et a humilié Baal (1Rois 19). Le but de Jézabel est d’étouffer l’Esprit-saint, et d’empêcher les serviteurs de Dieu d’être actifs pour le Royaume. Jézabel ne supporte pas l’esprit prophétique, et par conséquent, c’est une ennemie farouche d’Israël.

Par rapport à Israël et à la venue du Messie, Jézabel fait tout pour éteindre l’esprit prophétique, pour empêcher dans les églises et les facultés tout enseignement prophétique au sujet des derniers temps. C’est pourquoi, les chrétiens n’ont pas de connaissance concernant le sionisme chrétien et juif, ne comprennent pas l’amour pour Sion, et ne réalisent pas la profondeur du cœur de Dieu sur lequel se trouvent inscrites les 12 tribus d’Israël sous la forme des pierres précieuses sur le pectoral.

 

Yaël, la femme de Héber

Héber le Kénien, de la famille de Jethro, voulait aider Barak. C’est ainsi que Yaël, femme d’Héber, décida de tuer Sisera, le chef de l’armée de Jabin, le roi Cananéen. Yaël a pris le parti de Déborah ! C’est une femme d’action, qui n’a eu aucune pitié pour Sisera : par ruse, elle a attiré Sisera dans sa tente, et a enfoncé un pieu dans sa tempe. Déborah (Juges 4:9) avait prédit que Sisera serait livré entre les mains d’une femme.

Soyons comme Yaël, ayons sa détermination pour tuer l’esprit de Jézabel, dans l’optique de préparer le chemin du Messie qui vient !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*